7 September 2016

Buvugarimwe: La fonte de deux partis politiques au Burundi donn...

Buvugarimwe: La fonte de deux partis politiques au Burundi donn...: Le parti pour la Science , le Développement et l'Environnement "PASIDE" en sigle  et l'Alliance Nationale pour le Droit e...

La fonte de deux partis politiques au Burundi donne naissance à un nouveau parti

Le parti pour la Science , le Développement et l'Environnement "PASIDE" en sigle  et l'Alliance Nationale pour le Droit et le Développement "ANADDE" en sigle dont les présidents respectifs sont Monsieur BARICAKO Alois et Monsieur BUTOYI Antoine  viennent  décrocher une prise d'acte qui fait foi à la    fusion  de ces   derniers, ce 06 Septembre 2016.
" j'ai l'honneur de porter à votre connaissance que je prends acte de la décision prise de fusionner les deux formations politiques pour former le parti Rassemblement National  pour le changement "RANAC". lit-on   la lettre du ministère ayant les partis politiques dans ses attributions. La correspondance  résume la prise d'acte de fusion de ces  deux partis politiques,  l'ANNADE et le PASIDE
A lire la lettre N°530/1453/CAB/2016 adressée à Monsieur BARICAKO Alois, Président du RANAC, et signée par le Ministre de l'Intérieur et de la Formation Patriotique Monsieur Pascal BARANDAGIYE,   les formalités visant à la prise d'acte de la convention de fusion ont débutés en novembre 2015. c'est après dix mois que cette acte devient une réalité.

Le Rassemblement National  pour le changement "RANAC" était une coalition qui se préparait à participer aux élections de 2015 . Malheureusement, le climat de désaccord politique qui a suivi la troisième candidature du Président NKURUNZIZA n'a pas facilité   la Coalition RANAC Dushayure Uburundi Bwogorore de participer aux élections précédentes. 

15 August 2016

Une borne fontaine qui divise les hutus et les tutsis




« La population avait désigné un certain Désiré, militaire hutu, pour faire toutes les démarches et aujourd’hui, au moment ou ce Désiré n’habite plus à Mugoboka II , une poignée de gens formées  par deux familles de deux Officiers FDN et un Chef de Quartier tous tutsi, veulent que cette borne fontaine soit déplacée et replacée devant leurs maisons en trompant le reste  de la population ( plus de 300 ménages)  que l’eau ne vient plus alors qu’on l’a vue couler en quantité suffisante et que la population a eu l’occasion de la puiser ». Voilà en substance,  la  si longue  phrase que Monsieur HAKIZIMANA Raphael  a utilisé pour exprimer la mégalomanie de familles  tutsis habitant  Mugoboka II. 

Cette lettre à huit si longues phrases, adressée à Monsieur le Directeur Général de la REGIDESO, estime que les tutsis ont déjà terminé ce qu’ils (tutsi) appellent arrangement pour déplacer cette borne fontaine publique à leurs intérêts avec un faux argument que l’eau ne coule plus. Selon ce cadre du Bureau Burundais de Normalisation B.B.N , il faut que le D.G de la REGIDESO intervienne pour éviter que la population de Mugoboka II ne soit pas lésée par une poignée de gens.

«  On peut s’en passer de la lettre, toutefois, elle doit être jalousement conservée » réagit Major Emmanuel Nijimbere dans une réunion avec le chef de zone Rohero. Cet Officier  habitant la localité est  cité dans l’esprit de la fameuse lettre. Ainsi, Nijimbere  retient  qu’une fois un   membre  de ces deux familles ciblées soit agressé  d’une manière ou d’une autre, la lettre sera reconsidérée à sa juste teneur. Néanmoins, il laisse entendre que le climat social est depuis longtemps satisfaisant.
«  Moi, je suis un hutu qui habite  Mugoboka II, cependant je ne suis pas informé  de cette lettre incendiaire, bien que je sois membres de l’association de Raphael », critique Monsieur Yvès Nkeshimana. Il demande ainsi au Chef de zone ainsi présent  que l’auteur de la lettre soit puni de ses actes.
« Je condamne toute réaction qui attise la  haine et le racisme » ; martèle le  Chef de zone Rohero dans une réunion à l’intention de la population de la localité au bord d’impulsion.  Il informe à la population présente, que le cas de Hakizimana Raphael et sa lettre  sont  en cours d’analyse par les instances habilitées. Il ajouté : « c’est grâce à l’unité entre les Tutsis et hutus que le Burundi est jusqu’ici débout. Nous ne tolérerons jamais ce comportement, d’un soit disant instruit qui divise ». Il décide en fin que la question de la borne fontaine soit dessaisi de tout groupe soit disant responsable. «  Je m’en charge de l’eau potable à Mutanga  » conclut-il sur la question de l’approvisionnement en eau potable Mugoboka II.   
il est connu de tous que le quartier  Mutanga, dans le secteur Mugoboka soufre amplement du manque d’eau potable. La plus part des habitants s’approvisionnent en eau potable dans la rivière Ntahangwa. Les maladies de mains sales sont très fréquentes. Il est donc impérieux que la REGIDESO fasse de son mieux pour alimenter cette localité en eau potable et de tout ce qui précède,  maintenir l’harmonie sociale.  
  



11 August 2016

Ces Cinq propos qui font peur



Je ne suis pas beaucoup amoureux. A vrai dire, Je n’aime ni  Sarkozy ni la France. Pourtant, je suis séduit par ce discours : « Ma pensée va à tous les Français qui n’ont pas voté pour moi. Je veux leur dire que par-delà le combat politique, par-delà les divergences d’opinions, il n’y a pour moi qu’une seule France » adoucit  Nicolas Sarkozy dans un discours de son victoireà l’élection présidentielle  de 2007
 Il ajouté : « Je veux leur dire que je serai le Président de tous les Français, que je parlerai pour chacun d’entre eux. Je veux leur dire que ce soir, ce n’est pas la victoire d’une France contre une autre. Il n’y a pour moi ce soir qu’une seule victoire, celle de la démocratie, celle des valeurs qui nous unissent, celle de l’idéal qui nous rassemble. Ma priorité sera de tout mettre en œuvre pour que les Français aient toujours envie de se parler, de se comprendre, de travailler ensemble ».

Quel le discours rassurant ! Qui donne de l’espoir et qui apaise. Un discours digne d’être prononcé par qui que soit décroche la chance de présider la destinée de la nation ou d’un groupe social.   

 Au Burundi, il ya évidement des discours célèbres. Oui, certains discours  assurément rassembleur. La  célébrité d’un discours peut dépendre de plusieurs facteurs surtout les convictions politiques du consommateur. Néanmoins, je suis révolté par les discours dont leurs teneurs ne signifient que  casser, exterminer, cachoter, tirer, trouiller et anéantir, diviser ou donner un ultimatum. Malheureusement,  cette typologie de verbes a été utilisée par certain de nos dirigeant et leaders des partis politiques.  
 

Les cinq  discours qui m’ont fait  peur  

Les extraits de discours ci-après  suscitent beaucoup d’interrogation :
« Ugomba Kuvyara ugaheka tora Buyoya » (si vous souhaitiez avoir d’enfants en vie, voter pour Buyoya) discours incendiaire utilisé pendant  la campagne  en 1993.
«  Umugambwe uri ku butegetsi, umeze kurya kw’igihome. Ugitereyeko umupira, ukugarukako, ukakumena amaso !» (Le parti au pouvoir est comparable à un mur, une fois  jeter le ballon contre ce dernier, le ballon revient contre toi, et vous creuse les yeux) discours d’un politicien après sa désignation comme candidats  à la présidence.
« Bazobumba tumena …» (Ils construiront, nous détruirons) un discours prononcé à la Radio Nationale du Burundi  dans un pays africains en 1994.
 «  Bazohera nk’ifu y’imijira… » (ils s’étioleront  comme une traînée de poudre). Ce discours est célèbre dans un autre angle. Il a été prononcé en Afrique par un haut cadre de l’Etat en 2015.
«  Dutsinze amatora, tuzotangurira kwugara imbibe, twubake ubusho tuzobaherezamwo, kuko ni amasiha ari mu kigega ca reta…Ugukomera kwa CNDD-FDD ni ubwoba bwacu » (Une fois gagner l’élection, nous bouclerons tout les frontières, nous les arrêterons, nous construirons les prisons qui vont tous les contenir, ce sont des vautours dans les caisses de l’Etat. La force du CNDD-FDD c’est notre peur). Le discours d’un opposant politique, devant ses militants en 2014.

Ces propos me dégoûtent, par ce qu’ils manquent de l’humanisme.  Ils dévoilent en quelques sortes les gènes de Moros  de la part de l’auteur. Un leader qui fait intervenir dans son  discours des verbes d’action violent  auraient  des indices de destructions. La mauvaise langue est le père, non le fils, de la pensée.

De tout ce qui précède, Adrien Destailleur nous indique qu’une mauvaise langue accompagne presque toujours une mauvaise réputation ou une mauvaise conscience. Delors, Il est souhaité  qu’en  tout état de cause, il nous faut  les discours rassembleurs, qui apaisent et qui rassurent.


 

15 July 2016

Buvugarimwe: Dialogue inter burundais : La SOGRAMA toujours par...

Buvugarimwe: Dialogue inter burundais : La SOGRAMA toujours par...:                       On peut oublier tout mais, il est exclu d’oublier la société des grands mangeurs (SOGRAMA) au sein de   cert...

23 June 2016

Buvugarimwe: Le lieu idéal de l'ete 2016 au Burundi : Rwegura ...

Buvugarimwe: Le lieu idéal de l'ete 2016 au Burundi : Rwegura ...: Un Président du Burundi, dont ses oeuvres restent gravées dans les mémoires des filles et fils de Rushatsi Cambarantama, fondateur du Roya...

Le lieu idéal de l'ete 2016 au Burundi : Rwegura pour la mémoire du Président Bagaza


Un Président du Burundi, dont ses oeuvres restent gravées dans les mémoires des filles et fils de Rushatsi Cambarantama, fondateur du Royaume du Burundi .

Il a été président du Burundi de 1976 à 1987, avant d'être renversé par un coup d'Etat militaire. Son mandat est considéré comme une l'une des rares périodes d'accalmie que connut le Burundi. Durant sa présidence, il a développé des infrastructures économiques et sociales pour son pays, mais a aussi été un acteur de premier plan dans les domaines de l'emploi et de la santé.    Ici nous gardons à coeur une place inovatrice de Rwegura. une attraction touristique sans égale de la sous région.

Une journnée dans la reserve vous fait vivre un des chapitres du vertable paradi terrestre. Un spécial week- end de meditation dans la kibira vous rendra plus neuf  qu'une goute sur le tige.

 Une vue surprenante et depaysante vous embrasse dans une extase de splendeur celestre. 

Buvugarimwe s'efforcer d'aider les gens, mais pas dans une église ou dans un parti politique. Mais, il va essayer de leur ouvrir les yeux à la beauté  qui valse au cœur de la kibira à Bubanza. Rwegura fait honneur à Colonel Jean Baptiste Bagaza. Un homme d'honneur est un animal rare ici au monde a dit Albert Camus et moi de repeter milles fois, l'honneur est la récompense des belles et génereuses actions. 
Visitez le lac artificiel de Rwegura en Mémoire de Bagaza. Effectivement, la douceur de la mémoire est si grande qu'à quelque objet qu'on l'attache , même à la mort , on l'aime.

Georges NIKIZA